Search on : Taxa descriptions

 


 
 Add this item to the list   Russula cyanoxantha Schaef ex Secr.
   
Literature:
 
Page number:238 
Remarks (public):L'espèce est très variable en colorations, mais guère dans les autres caractères ; elle est toujours facile à reconnaître. 
Description type:Non-original description 
Description:Russula cyanoxantha Schaef ex Secr.
1° Variété type cyanoxantha
Chapeau 4,5-15 cm, d'abord globuleux, puis convexe surbaissé à convexe plan, avec le centre plus ou moins déprimé ombiliqué, et à la fin pouvant devenir profondément cyathiforme par révolution de la marge, charnu, dur ou au moins ferme, à marge d'abord incurvée en dessous, ­subaiguë, puis abrupte et subobtuse, régulière ou largement lobée, lisse, très rarememt vaguement et courtement cannelée çà et là par vétusté, typiquement (f. type cyanoxantha) violet noir ou violet bleu, par exemple K 560, 569, parfois cependant très tôt (originellement ?) noir bronzé olivâtre, K 200, 225 ; S 512, 513, 526, 536 ou S 433, 434, puis pâlissant et passant au violet clair, K 597, au gris violet, K 599, au gris rosâtre, K 122, à l'ardoisé, ou virant à l'olivâtre, au vert de gris au gris olive, K 164,169, 200 et même 172, souvent maculé de taches discolores (pâles, jaunâtres, K 128, D 147, ou même rosées); la forme pallida Singer serait même pâle dès la jeunesse; cuticule séparable jusqu'au tiers ou la moitié du rayon, d'abord humide et brillante, puis sèche, mais très rarement un peu veloutée, finement, mais le plus souvent remarquablement ridée radialement, rarement un peu crevassée çà et là.
Stipe 4-10 x 1,5-3-(5,5) cm, volumineux, charnu et ferme tant qu'il est intact, plein, puis spon­gieux et en général vite véreux, cylindrique ou ventru (polymorphe), blanc, parfois légèrement teinté de violet (mais très clair), souvent taché de brun, à surface au début pruineuse, ridée, puis pouvant devenir brillante et assez lisse.
Chair ferme ou dure, épaisse, blanche, concolore sous le revêtement (sauf tout au bord), pouvant parfois devenir violacée dans les morsures des bêtes, souvent brunissant localement, mais, exposée plusieurs heures à l'air, prenant partout une légère coloration cendrée ou grisâtre; odeur négligeable; saveur douce, puis en général faiblement piquante au bout d'un temps très prolongé de mastication. Réaction presque nulle au FeSO4 à 10 % sur le frais (mais virant en 24 heures au gris olivâtre sale, si le produit est bien frais) ; réaction positive, mais modérée, à la teinture de Gaïac.
Lamelles serrées à subserrées, avec quelques lamellules çà et là, à furcations variables en nombre (selon les races locales ?), tantôt nombreuses (à tous les niveaux, et bifides tout contre le stipe), tantôt assez rares (et alors présentes surtout non loin de l'insertion), épaisses, de consis­tance remarquablement lardacée (elles ne se brisent pas si on passe le pouce dessus, sinon dans la plus extrême vétusté), subaiguës, puis subobtuses en avant, tantôt sinuées libres, tantôt, mais seulement dans la jeunesse, un peu arquées et adnées subdécurrentes (moins que chez Peltereaui en moyenne), plus ou moins larges (5-10 mm), blanc de craie ou blanchâtres, légèrement glauques, en général tendant à se tacher de brun ou à brunir sur l'arête, plus ou moins fortement interveinées.
Sporée blanc pur (I a), peu changeante en herbier.
Spores (6,5)-7-9,2-(10) x (5,2)-6-6,5 µm, largement elliptiques, verruculeuses-piquetées; verrues assez espacées à assez serrées, obtuses, assez grosses, souvent étirées (jusqu'à 1 µm de large), hautes de 0,35-0,6 µm, quelques-unes peu amyloïdes ; appendice hilifère conique, obtus, 1-1,5 x 0,85-1 µm ; tache supra-appendiculaire parfois accompagnée de petites verrues non amyloïdes, alignées ou en cercle. Basides 38-56 x 9-11,5 µm tétrasporiques. Cystides fusiformes, 57-100-(130) x 5-9 µm, plus ou moins appendiculées, grisonnant assez nettement en SV (par exemple sur 16-32 µm), immerses, naissant loin dans la trame; arête des lames homomorphe.
Cuticule constituée par une couche d'hyphes très serrées (larges de 2,5-5 µm), assez régulière­ment couchées, surmontée d'un épicutis très confus, vite collapsé-gélifié, constitué par les hyphes très grêles (que nous n'avons souvent pu voir intactes), serrées, parmi lesquelles on observe des dermatocystides indiscutables par leur réaction partiellement noirâtre en SA et SV et leur forme fusoïde, terminées par un petit bouton globuleux ou un court appendice, mais extrêmement petites (larges de 2-4 µm); pigment en grains noirâtres typiques d' Heterophyllae ; quelques laticifères hori­zontaux dans les couches profondes. Médiostrate de texture lâche, à sphérocystes réfringents, à parois assez épaisses, mesurant par exemple 25-65- µm; sous-hyménium épais, à cellules assez amples (par exemple 13 µm de diamètre).
Revêtement du stipe à poils obtus, cylindriques ou un peu atténués au bout, banaux, un peu plus volumineux que ceux du chapeau, entremêlés de dermatocystides caviformes peu typiques, de 6-6,5 µm de large; laticifères grêles, épars, dans le cortex.
Habitat: Commune dans les bois feuillus et à aiguilles. Toute l'Europe, et probablement aussi en Amérique du Nord. - Type: n° 53-87
 
Taxon name: