Search on : Taxa descriptions

 


 
 Add this item to the list   Russula foetens (Fr. ex Pers.) Fr.
   
Literature:
 
Page number:332 
Remarks (internal):Cette forme que nous regardons arbitrairement comme typique se caractérise par sa taille souvent très volumineuse, son pied massif, très creux, son chapeau très glutineux, son odeur et sa saveur (normalement) fortes, sa chair bien blanche à la coupe, et surtout ses spores arrondies, souvent assez grosses, à plus ou moins fortes épines dispersées, rarement reliées, incomplètement recouvertes par la chape amyloïde périsporique; la physionomie ornementale est très caractéristique, quoique, tous ses éléments présentent de notables variations quantitatives. 
Description type:Non-original description 
Description:Russula foetens (Fr. ex Pers.) Fr.
Chapeau de grande taille (4,5)-5-17 cm, épais, charnu-rigide, primitivement globuleux, puis étalé irrégulièrement, bassement et largement déprimé au centre en outre parfois un peu bossu. à marge souvent irrégulière et lobée, aiguë, de bonne heure longuement et fortement cannelée-­tuberculeuse (d'abord, sur les jeunes exemplaires, comme ridée-fripée radialement), ochracé clair au bord, d'un ton plus saturé au centre, souvent vergeté de petites lignes, macules ou grosses taches brun roux ou même noirâtre roussâtre (mais le milieu peut aussi n'être pas discolore): cuticule très glutineuse à la sortie de terre du champignon en particulier à la marge qui est tau: entière gélifiée (mais le mucus sèche assez vite à l'épanouissement), lisse ou plus ou moins cabossée ou fortement ridée-fibreuse radialement, séparable au bord ou à peu près à la moitié du disque, sous la forme d'une mince pellicule diaphane qui laisse voir un fond coloré.
Stipe massif, volumineux (4,3)-5,5-11-(16) x 1,2-5 cm, assez polymorphe, cylindrique ou ventru (épaissi au milieu et un peu atténué en haut et en bas avant de s'évaser sous les lames), de bonne heure se creusant irrégulièrement et finalement à très ample caverne centrale tapissée d'un tissu moelleux d'un brun roux sale, et dégageant une écorce dure, rigide, mais qui, sur les adultes, cède brusquement et s'affaisse quand la pression des doigts est assez forte (en somme assez cassante, surtout dans la vieillesse), blanc, mais vite sali de grisâtre, de brun sale, de brun roux, souvent sous la forme de grosses macules mais aussi parfois piqueté de petites taches; surface ruguleuse ou à la fin même presque scrobiculée ou anfractueuse, grossièrement farineuse sous les lames.
Chair épaisse, dure et rigide, brusquement amincie et gélifiée à la marge sur les jeunes, blanche à la coupe, mais devenant précocement brun roux dans la moelle et même dans la région interne du cortex du stipe et dans sa partie inférieure, succulente sur les jeunes sujets; odeur très forte et très désagréable (nauséeuse, de duvet brûlé selon Persoon) à la coupe, sur fond fruité; saveur très âcre, même dans le chapeau, mais parfois presque douce au niveau de la zone médullaire du stipe. La lessive concentrée de soude et de potasse n'a que peu d'action sur les parties blanches de la chair, notamment le cortex du stipe (tout au plus paille roussâtre ou crème), mais fait virer au rougeâtre ou au brun roux la moelle du stipe et les régions voisines.
Lamelles espacées et assez épaisses, fourchues çà et là, cassantes, lancéolées, aiguës à assez aiguës en avant, larges de 8-14 mm par exemple, adnexées libres, d'abord blanchâtres, puis crème et plus ou moins maculées de brun, de brun roux sale, avec cependant l'arête demeurant le plus souvent entière et concolore (ou tardivement brunissante), au début larmoyantes, nettement interveinées.
Sporée crème plus ou moins intense (II b ou généralement c).
Spores 7,5-8,5-10,25-(11,5) x 6,7-8,7 µm, subglobuleuses, nettement arrondies, fortement échinu1ées piquetées, avec quelques connexifs çà et là, à verrues coniques ou même largement coniques, volumineuses, atteignant facilement 1,5 x 0,75 µm, plutôt obtuses, pas trop nombreuses, incomplètement amyloïdes, à connexifs rares et très fins; appendice hilifère 1-1,25 x 1-1,25 µm; tache supra-appendiculaire variable, tantôt arrondie, tantôt indécise et vague, très faiblement amyloïde. Sur une récolte, les épines étaient remplacées par de grosses pustules, basses, obtuses, hémisphériques.
Basides 50-60 x 10-13,5 µm, à quatre énormes stérigmates.
Cystides irrégulièrement fusiformes (dispersées sur l'arête), 60-85-(150) x 8,5-10 µm, obtuses ou appendicu1ées, noircissant au milieu en SV, et parfois brunissant dans le réactif de Melzer.
Cuticule composée d'une couche gélifiée épaisse d'hyphes filiformes emmêlées en tout sens (larges de 1,5-5 µm), parfois traversée de quelques hyphes cylindriques plus larges; épicutis à poils minces, plus ou moins flexueux, souvent rétrécis de bas en haut, un peu effilés (mais pas toujours) ou contractés en haut en un petit goulot, à articles assez longs, larges de 2-3,5 µm, parfois un peu toruleux, entremêlés de dermatocystides, en alène, mais avec une toute petite tête ou un court appendice brusquement différenciés, ne réagissant pas en SV, mais à corps noirs en SBA et SP; subcutis d'hyphes parallèles couchées, ramifiés (larges de 2,7-6 µm), à parois minces, parmi les­quelles on observe des laticifères volumineux (larges de 2,5-7 µm), à contenu guttulé dans l'eau sur les jeunes, à parois réfringentes, sans rapport avec les dermatocystides; quelques hyphes oleifères volumineuses, irrégulièrement et courtement ramifiées, ont été observées sur une récolte; leur contenu est huileux, jaune. Pigment intracellulaire condensé en corpuscules ou granulations jaunâtres, d'aspect solidifié, ce qui explique peut-être sa faible solubilité dans l'eau, même bouillante.
Habitat: Commune dans les bois un peu humides, en terrain lourd, sous feuillus et conifères. Signalée dans toute l'Europe, jusqu'au Caucase, et en Amérique du Nord;
 
Taxon name: