Search on : Taxa descriptions

 


   
Literature:
 
Page number:364 
Remarks (public):Nous avons indiqué à propos de livescens pourquoi nous nous rallions à la nomenclature de Singer et à son interprétation de la pectinatoides de Peck. Mais il faut admettre que l'expression "chair douce" du mycologue américain ne signifie pas "sans saveur", mais seulement "non âcre", car cette espèce à un goût désagréable très prononcé. Nous ne pouvons pas non plus suivre les auteurs qui nomment notre amoenolens pectinata Fries, pour les raisons que nous venons d'exposer. 
Description type:Non-original description 
Description:Russula pectinatoides Peck ss. Singer, nec Romagn. 1950.
a) Var. type pectinatoides Peck
Chapeau 3,3-6 cm, convexe-plan, plus ou moins tronqué, puis étalé, en général assez régulier, largement et souvent profondément déprimé au centre, à la fin subcyathiforme, à marge mince, aiguë, un peu lobée ou flexueuse çà et là et grossièrement sillonnée-tuberculeuse (par exemple sur 1-1,5 cm), de consistance rigide, mais très fragile-cassante, d'un brun pâle à brun bistré ou brun ochracé (K 162), ou gris brun au centre, avec tout le pourtour plus pâle, ivoire grisâtre, gris brun clair ou jaunâtre brunâtre (K 128 C + 147, S 250) souvent taché çà et là de macules brun roux ou rouge sale,' cuticule séparable au bord ou jusqu'à la moitié environ du rayon, humide-visqueuse, surtout au centre, finement chagrinée ou un peu fibreuse-rayée radialement.
Stipe 3-5 x 0,8-1,5 cm, subégal ou faiblement évasé en haut, parfois un peu épaissi vers le bas avant de s'atténuer en pointe, fragile, d'abord plein, puis se creusant de deux ou trois cavités qui finissent par confluer plus ou moins, au début blanc, puis un peu sali de brunâtre, de jaune ochracé, de brun madère, de brun roux, de jaune roux, parfois aussi de cendré ou taché de rouge à la base; surface lisse, puis finement ridulée, plus ou moins farineuse en haut.
Chair fragile-cassante, surtout à la fin, blanche, puis un peu sordescente ou avec des plages ivoire ou roussâtres, ou même quelques taches rouillées; odeur nauséeuse de caoutchouc, recouvrant un fond fruité plus ou moins distinct; saveur plus ou moins remarquablement nauséeuse ou désagréable, mais non (ou à peine sensiblement âcre pendant une fraction de seconde); sur cer­taines formes, après quelques minutes de mastication, elle devient même d'une amertume insup­portable (f. amarescens nov. f., fig. 130). Réaction positive à la teinture de Gaïac.
Lamelles assez espacées (distantes de 1 mm au bord à maturité), cassantes, fourchues à diverses hauteurs, plus ou moins aiguës-falciformes en avant ou subventrues à la fin, larges de 4- 7 mm, adnexées-arrondies ou se prolongeant sur le stipe, libres à la fin, blanches, enfin crème (vers K 128 C), ne brunissant pas, mais pouvant parfois se maculer de rouillé ou de rouge, à arête entière et concolore, interveinées.
Sporée crème foncé, II c, d, ou même vers III a sur quelques récoltes :
Spores 6,7-8,2-(8,7) x 5,2-6-(7,5) µm, obovales ou un peu allongées, spinuleuses-échinulées, piquetées, parfois localement zébrées-connexées ou à très courtes crêtes, à épines aiguës, coniques ou hémisphériques et plus obtuses, assez nombreuses, en général nettement amyloïdes, atteignant 0,75-1 µm de haut, à connexifs épars, fins et courts; appendice hilifère 1-1,37 x 0,87-1,25 µm; plage ou tache supra-appendiculaire vague, faiblement amyloïde.
Basides (36)-40-52 x 8,5-11,5 µm tétrasporiques.
Cystides en cigare, 65-110 x 7-10-(11,5) µm, souvent mucronées ou à petit bouton apical, à contenu en partie grisâtre ou noirâtre en SV (parfois avec des masses doré-rougeâtre), en général pas très nombreuses. Arête homomorphe.
Cuticule gélifiée d'hyphes grêles, à vacuoles faiblement brunies, émettant un épicutis de poils ramifiés, à terminaison tantôt obtuse, tantôt atténuée en alène, entremêlées de quelques dermato­cystides subulées coniques, étroites, 30-35 x 3-5,7 µm, souvent terminés par un tout petit bouton, contenant quelques corpuscules grisâtres en SV. Quelques laticifères dans le revêtement. Médio­strate en tissu lâche, à gros sphérocystes de plus ou moins 50 µm de diamètre.
Habitat: Dans les bois feuillus et surtout à aiguilles (Pinus, Picea), aux endroits her­beux et aérés, ou même en terrain un peu découvert, très commune. Signalée dans toute l'Europe, et originellement en Amérique du Nord.
 
Taxon name: