Search on : Taxa descriptions

 


 
 Add this item to the list   Russula ochroleuca (Pers. ex Secr). Fries
   
Literature:
 
Page number:379 
Remarks (public):Espèce assez variable, mais non critique; aucune des formes que l'on a distinguées dans la littérature ne nous apparaît avoir quelque fixité. Singer décrit sous le nom de f claroflava Grove une variété à chapeau jaune citron que nous ne connaissons pas. - Type: n° 18-IX-48. 
Description type:Non-original description 
Description:Russula ochroleuca (Pers. ex Secr). Fries
Chapeau 4-11 cm, épais, charnu, parfois même un peu rigide sur certaines formes, mais assez cassant sur d'autres, d'abord assez irrégulièrement convexe, et parfois même un peu bosselé, s'étalant progressivement et finissant par devenir déprimé en soucoupe, assez tôt plus ou moins vaguement déprimé au centre (la dépression n'est pas toujours centrale), à marge obtuse, souvent flexueuse ou onduleuse, même parfois à lobes profonds, d'abord lisse, puis souvent plus ou moins brièvement cannelée-tuberculeuse sur certains exemplaires, moins nettement, ou seulement çà et la, et même pas du tout sur certains autres, jaune clair, ochracé roussâtre, parfois d'un gris olivâtre à la périphérie, tandis que le centre est fréquemment assombri de roux, restant d'une teinte plus pure à l'extrême bord; cuticule assez longuement séparable (sur un ou deux tiers du rayon), légère­ment et éparsément rugueuse çà et là, parfois même un peu veinée, humide par la pluie et assez brillante, et parfois restant presque laquée-luisante par le sec, souvent finement grenue sous la loupe ou même piquetée de petites ponctuations granuleuses rousses, surtout vers le centre.
Stipe 3,5-7 x 1-2,5 cm, ferme au début, assez charnu, puis devenant plus ou moins spongieux­ élastique, cylindrique, parfois un peu épaissi en bas, mais rarement claviforme ou coudé flexueux, plein, puis un peu farci, blanc, souvent teinté de brun ou même de jaunâtre sale vers la base (sous forme de taches brun roux, brun roux jaunâtre), mais seulement par temps sec ou dans les terrains légers, mais se mettant à grisonner quand il s'imbibe d'eau; surface finement à assez fortement ruguleuse, assez brillante, pruineuse en haut sous les lames, ailleurs très fréquemment piquetée de petits flocons ou granulations durs, bruns ou roux (f. granulata Cooke),
Chair ferme au début, presque dure, puis s'amollissant, blanche, tendant un peu à brunir ou à se piqueter de brun ocre ou de roux, mais grisonnant par l'humidité; odeur nulle, ou insi­gnifiante (très faiblement fruitée-acide); saveur variable, typiquement âcre, mais modérément.
Lamelles assez à moyennement serrées ou même assez espacées, assez minces, faiblement et rarement fourchues ou connées (surtout contre le stipe), subobtuses en avant, la marge étant lentement arrondie, larges de 4-12 mm, arrondies sinuées à l'insertion, d'un blanc légèrement crème ou crème pâle, puis blanc de lait à reflets blanc (à nuance citrin ochracé selon J. Schaeffer), se tachant un peu de brun, de brun ocre, de roussâtre aux endroits blessés, à arête entière et mince, souvent un peu brunissante, interveinées,
Sporée blanche ou très pâle (I a, I b au plus.
Spores 8-10,5 x 6,7-8,2 µm, obovales, ordinairement fortement échinulées, subréticulées-­connexées, à épines coniques, jusqu'à 1,25 µm de haut, obtuses ou assez aiguës, nombreuses, nettement amyloïdes, réseau de fins connexifs, à mailles étroites, certaines fermées; appendice hilifère 1,25-1,37 x 1,25-1,5 µm; tache supra-appendiculaire ample, par exemple 4,75 x 3 µm, s'irradiant en fins connexifs, nettement amyloïdes. Basides 38-52 x 10,7-13 µm, à 2 ou 4 stérigmates longs de 10-12,5 µm. Cystides immerses ou saillantes, naissant très profondément dans la trame, fusiformes.
60-107 x 6-11,5 µm, terminées en une pointe ou un cône aigus, grisonnant ou noircissant en SV tantôt en haut seulement, tantôt sur une grande longueur.
Cuticule à hyphes très grêles, couchées, hyalines, reposant sur un hypoderme de sphérocystes assez remarquablement oblongs, à rares laticifères, et émettant un épicutis de poils obtus, à parois réfringentes, et souvent jaunies par un pigment incrustant, qui, gardant la couleur pourpre de la Fuchsine après le bain acide, apparaissent marqués de zébrures et de bracelets discolores; mais ces poils ne sont pas différenciés morphologiquement. Pas de dermatocystides épicuticulaire; mais nous en avons observé de très rares, bien typiques, dans le subcutis. Médiostrate à très gros sphérocystes (atteignant 55 µm); sous-hyménium étroit.
Habitat: Très commune dans tous les bois feuillus et à aiguilles, en terrain siliceux ou décalcifié. Toute l'Europe.

Description d'individus plus jaunissants
Chapeau 5,5-9 cm, d'abord subglobuleux-convexe, étalé, épais, dur, plus ou moins creusé au milieu, mais en général faiblement, quoique largement, ou avec un très vague ombilic à la fin, à marge régulière, obtuse, puis à la fin pouvant être plus ou moins sinueuse-lobée, mais non onduleuse, très courtement, mais largement cannelée, d'un ocre olivâtre plus ou moins vif, K 177 ou un peu plus clair, R XV, 17' h entre yellow ocker et Buckthorn brown, un peu moins saturé au bord (vers S 214) et palissant dans la vieillesse (R XXX 19" b, chamois), parfois seulement R XXX 20" a, K 166, avec des places plus brunes, soit vers le milieu, soit sous la forme de zones incomplètes; cuticule séparable sur un tiers du rayon, brillante, un peu visqueuse par l'humidité, assez nette­ment cabossée-rugueuse ou même creusée de petites fossettes et chagrinée de veines plus ou moins grossières en relief, parfois à petites excoriations rousses.
Stipe 3,5-6 x 1,5-2,5 cm, presque cylindrique, à peine évasé sous les lames à la fin, dur, plein ou moelleux, blanc, mais teinté de jaune, de roux sur toute la base (parfois même avec un pointillé roux tout à fait manifeste en cet endroit), fréquemment taché-maculé (irrégulièrement), à la fin sali de gris brun, surtout sur la crête des rides, mais ne devenant pas nettement cendré; surface finement et densément rugueuse.
Chair épaisse et ferme puis s'amollissant, blanche, devenant de façon très manifeste brun safrané ou jaune un peu rouillé, surtout dans le chapeau et la moelle du stipe, parfois un peu vitreuse-grisâtre dans la vieillesse, mais de façon peu frappante. Odeur nulle. Saveur douce dans le chapeau, puis très faiblement âpre (dans la gorge) au bout de quelques instants, un peu piquante seulement dans les lames. Réaction bleu clair en quelques secondes à la teinture de Gaïac; rou­geâtre sale au FeSO4 Lamelles subserrées, puis nettement espacées (jusqu'à 2 mm au bord et alors 6 par cm à 1 cm du bord; mais 8-10 sur les jeunes), avec quelques rares grandes lamellules, à furcations également rares, même sur le stipe, échancrées-libres, obtuses en avant, larges de 4-8 mm, blanc crème, puis paille clair, à arête entière, grossièrement interveinées.
Sporée blanchâtre, ou un peu crème, I b, vers II a.
Spores 7,7-10 x 6,7-8 µm, obovales, à épines de relief variable, sur certaines récoltes (une notamment du Picea) seulement verruqueuse, mais les formes précoces des pins et feuillus les montrent seulement un peu plus bassement échinulées que le type, au moins sur certains sujets, subréticulées connexées, à épines atteignant 0,75 à 1 µm, coniques, parfois étroites, nombreuses, nettement amyloïdes; appendice hilifère 1,25-1,5 x 1,12-1,25 µm; tache supra-appendiculaire irrégulière, 2,5-3 x 2,5 µm par exemple, parfois s'irradiant en fins connexifs. Basides 40-55 x 10-12 µm. Cystides 65-100-(150) x 7-11 µm, fusiformes, à toute petite pointe terminale, parfois coudées, noircissant fortement en SA.
Cuticule d'hyphes un peu emmêlées et gélifiées, atteignant 4,5 µm de diamètre, émettant un épicutis de poils obtus, certains d'un jaune vif par un pigment de membrane (ces articles colorés sont surtout nombreux en surface et sont larges de 3,7-4,5 µm); aucun de ces articles ne réagit au SBA, mais l'hypoderme montre de nombreux laticifères, dont quelques-uns peuvent se redresser et atteindre la base de l'épicutis. Après traitement à la Fuchsine, ces poils sont bien visibles, mais pas toujours nettement incrustés: seulement en quelques points, on observe de légères plaques rugueuses ou de minuscules guttules suintant de la paroi, et colorées en rouge par le réactif. Médio­strate à sphérocystes moyens, avec laticifères; sous-hyménium subcelluleux assez épais.
Habitat: Dès le début de la saison, dès juillet-août, sur sol siliceux, sous pins ou dans les bois mêlés, aussi sous divers feuillus (chênes, châtaigniers). Nous l'avons observée en forêt d'Ermenonville, près de Thiers (Oise), le 5 août 1953 et le 9 août 1958, et de Carnelle (S.-et-O), les 1er août 1954 et 31 juillet 1956. Une récolte du Picéa, 16 octobre 1955, présente aussi des spores faiblement ornées. - Type: n° 56-38 B.
 
Taxon name: