Search on : Taxa descriptions

 


   
Literature:
 
Page number:685 
Remarks (public):Cette espèce est actuellement déterminée erythropoda Peltereau ex Fr., car c'est sous ce nom que Peltereau l'a bien dégagée, mais il n'est guère possible d'y voir la R. alutacea var. erythropus Fr., qui a une sporée "ochracea", c'est-à-dire, chez Fries, de la nuance jaune la plus foncée. Au contraire, R. xerampelina est interprétée par ce dernier auteur comme une espèce à spores "alutaceis" (c'est-à-dire ocres dans notre vocabulaire), et lui attribue un habitat précis: "In pinetis campestribus". Il est donc tout à fait logique de suivre Lange et de choisir cette forme comme type de l'espèce. Il s'agit d'une Russule bien connue, très stable dans tous ses caractères, même et surtout dans sa couleur, toujours pourpre, dont seule l'intensité, mais non la nuance, peut varier un peu. En revanche, l'ornementation sporale varie beaucoup, surtout quant à la grosseur et à la densité de ses éléments. 
Description type:Non-original description 
Description:Russula xerampelina (Schaef ex Secr.) Fries, ss. str.
Chapeau 6-10 cm, charnu, dur au début, fortement convexe, puis s'ouvrant progressivement, étalé et finalement bassement déprimé en soucoupe au milieu, d'abord tronqué (rarement avec un vague indice de mamelon), puis se creusant largement, à marge assez brusquement amincie au début, puis subobtuse ou obtuse, mais restant longtemps légèrement abrupte, d'abord lisse, puis pouvant devenir plus ou moins cannelée dans la vieillesse (jusqu'à 7 mm au maximum), d'un magnifique pourpre noir très sombre (R I, l m, Victoria lake ou encore plus foncé) avec le bord plus rouge dans la jeunesse, puis rouge foncé (R l, 1 k ox-blood red) rouge ou carmin intense et foncé, plus sombre au milieu, mais dans la vieillesse cette couleur s'éclaircit au bord (R XIII, l' i acajou red, ou XXVII 1" i, Hydrangea red) ou même se salit souvent de brun ou présente des virages vers le brun ocre, l'olivâtre, l'ocracé olivâtre ou le brun terne; cuticule épaisse, très adnée, séparable seulement au bord, humide au centre par la pluie, mais devenant vite plutôt mate, d'aspect comme grénelé-velouté au début, mais cependant les exemplaires âgés peuvent devenir assez brillants, surtout sur le pourtour: la surface est parfois en outre éclatée par places en exco­riations ou rimosités brunissantes ou même franchement érodée.
Stipe 4-8,3 x 1,4-3 cm, s'évasant de plus en plus avec l'âge sous les lames, mais généralement épaissi en bas, quelquefois cependant à peu près égal, plein et alors franchement dur, mais diffé­renciant ensuite une portion médullaire plus ou moins ramollie et farcie, et deux zones corticales étroites (1-2 mm), si bien qu'il devient alors comme spongieux-élastique, typiquement d'un magni­fique rose rouge (S 63, 64; R I 1 d, Eosine pink, ou vers Begonia rose), pâlissant assez vite dans la partie moyenne ou se teintant de jaunâtre ou de brunâtre sale, tandis que le haut et le bas peuvent rester plus rouges, et il y a des formes oÀ¹ il n'est que rose ou seulement lavé de rose carmin pâle; surface farineuse sous les lames, ailleurs finement pruineuse ou pointillée sous la loupe, devenant en général grossièrement rugueuse longitudinalement, parfois excoriée en crevasses brunissantes.
Chair épaisse, dure au début, puis s'amollissant par l'âge, blanche, virant vite au jaunâtre, au miel brunâtre, à l'alutacé ou au brunâtre, pourpre sous la cuticule; odeur d'écrevisses; saveur douce. Chimisme du groupe.
Lamelles assez serrées à subespacées, souvent un peu fourchus çà et là (surtout près du stipe par places), parfois inégales, adnexées-échancrées sur le stipe, obtuses et subventrues en avant, larges de 7-13 mm, crème, puis d'un crème ochracé en général assez intense (vers S 250), mais terne, vues de flanc R XVI, 19 g, plus clair que cream colour, mais de face XV 17' d, Warm buff, avec l'arête souvent brunissante ou noircissante en avant, interveinées.
Sporée ocre foncé (III c, R XV, 17 'd Warm buff !).
Spores (7,7)-8,2-9,75-(11,5) x 7-8,5 µm, obovales, pustuleuses à courtement échinules, piquetées très localement connexées-zébrées, à verrues variant d'hémisphériques à bassement coniques, attei­gnant en général 0,75 µm de haut, obtuses, assez nombreuses, nettement amyloïdes; appendice hilifère par exemple 1,25 x ?,25 µm; tache supra-appendiculaire irrégulière, par exemple 3,5 x 3,25 µm, lobée, assez nettement amyloïde. Basides 42-58 x 10,5-13-(15) µm, rosé pâle en SV. Cystides rares, fusiformes, 57-100 x 8-11 µm, en général non ou à peine appendiculées, beaucoup optiquement vides, certaines réagissant plus ou moins en gris noirâtre en SV, mais en partie seulement (sur 35 µm par exemple), parfois avec seulement quelques inclusions jaunâtres au sommet.
Cuticule épaisse, emmêlée, à éléments très serrés, d'un rouge intense sous le microscope, émettant des poils obtus, cylindriques ou atténués en haut, souvent contractés au bout en un goulot étroit, à parois assez épaisses, avec çà et là des éléments plus larges (x 3,5-6,5 µm), cylindriques ou fusiformes obtus, lentement atténués en haut, acidolabiles, mais à parois épaisses, assez diffé­renciés des poils, inertes à la SV, mais le SBA fait apparaître des corps noircissants dans certains articles (dermatocystides peu typiques).
Nombreux laticifères et dermatocystides dans le cortex du stipe: la chair ne nous a pas montré de laticifères.
Habitat: Fréquente à l'automne sous les conifères, dans toute l'Europe. Généralement liée à Pinus silvestris
 
Taxon name: