Search on : Taxa descriptions

 


 
 Add this item to the list   Cymatoderma elegans Jungh.
   
Literature:
 
Page number:97 
Description type:Non-original description 
Description:Cymatoderma elegans Jungh.
Il n'y a pas grand chose à ajouter à la description de Reid (1965, p. 116) et à nos propres données (1960, p. 299, concernant C. elegans subsp. infundibuli-forme) oÀ¹ figurent quelques notations prises sur le frais par Mme Goossens-Fontana.
Signalons toutefois que les récoltes centrafricaines, comme la plupart des récoltes congolaises (loc. cit. 1960), ont un port assez fréquemment infundibuliforme mais surtout une épaisseur beaucoup moindre et un tomentum réduit ne cachant que rarement les plis même au centre de la face stérile. C'est cette forme que nous dénommions C. elegans ssp. infundibuliforme. Il faut souhaiter que des essais d'inter-fertilité soient tentés entre cette espèce, la forme épaisse (ssp. spongiosum) et la variété lamellatum (Berk. et Curt.) Reid d'Océanie.
Sur le vivant, l'hyménium est blanc, blanc de lait, crème pâle (par exemple 2,5 Y 8,5/3), un peu beige vers le stipe (atteint 10 YR 7/3) et plus ou moins brunissant après fort frottement. En herbier, il reste pâle, crème (2,5 Y 9/4 et 9/5) chamois pâle (9/6), parfois crème alutacé (2.5 Y 9/3). La face stérile toute ornée de crêtes rayonnantes incisées est alutacé terne, beige chamois à alutacé chamois (10 YR 8,5/4; 7,5/4; 7/5...) et fonce peu à peu après la récolte: chamois teinté d'isabelle (9 YR 7/6) rarement cannelle (7,5 YR 6/6). Le stipe est beige (10 YR 7/3) ou plus souvent cannelle terne, brun ou brun havane (8,5 YR 6/4; 5 YR 4/4; 7,5 YR 4/4).
Cytologie: Disposition typiquement chiastobasidiée; les noyaux fils issus de la méïose se reforment à une certaine distance du sommet (3-3,5 µm). La troisième série de divisions peut être terminée avant formation des spores, quatre noyaux résiduels. Les gloéocystides, binucléées, contiennent une formation retenant fortement l'hématoxyline et ayant l'aspect d'un faisceau d'aiguilles.
Répartition géographique: Asie et Afrique tropicale; en Afrique continentale, Reid le signale du Kenya, du Nigeria, d'Ouganda et d'Afrique du Sud. Nous en avons vu de nombreux spécimens provenant du Congo-Léopoldville. Il est donc très fréquent en Afrique équatoriale et méridionale et semble absent de l'Afrique occidentale et atlantique.
Discussion: Cette espèce, si fréquente près de M'Baïki et de Bangassou, ne nous avait pas été envoyée des environs de Doula oÀ¹ P. Berthet a séjourné plusieurs saisons (Berthet et Boidin, 1966), et n'avait pu être comparée en culture à C. dendriticum et pallens. Elle ne possède pas les conidies du premier, ni les chlamydospores de C. pallens et de nombreux Podoscypha. Comme toutes les Podoscyphaceoe testées, C. elegans s'est révélé tétrapolaire.
 
Taxon name: