Search on : Taxa descriptions

 


   
Literature:
 
Page number:232 
Description type:Original description 
Description:Russula pallidospora (Blum in Romagn.) Romagn.
Chapeau 6-15 cm, d'abord très surbaissé et déjà déprimé, puis largement convexe et enfin cyathiforme ou cratériforme, toujours très creusé au centre avec la marge assez régulière ou un peu sineuse, au début très fortement enroulée, se redressant plus ou moins lentement, blanc au bord au début, et pouvant parfois le rester presque tout entier, mais souvent teinté de blanc jau­nâtre, de paille roussâtre (sous forme de taches, de zones érodées, etc.) ou presque entièrement ochracé ou orangé sale (un peu comme certains Lactaires du groupe torminosus), mais toujours avec des macules ou des zones plus sales ou plus rousses; cuticule à peine distincte, mate, tomenteuse­ apprimée ou même nettement feutrée sous la loupe au bord, ou seulement soyeuse-apprimée, craquelée et brunie par la sécheresse.
Stipe court, 2,5-5 x 1,5-3 cm, très ferme ou même dur, un peu évasé en haut, souvent difforme, obconique ou un peu ventru, plein, blanc ou blanchâtre, sali de jaunâtre, de roussâtre, de brunâtre, d'ochracé brunâtre; surface très finement pruineuse-apprimée, glabrescente, devenant satinée­brillante à la fin, souvent plus ou moins rugueuse ou ridulée, mais en général non de façon frappante.
Chair épaisse (pouvant atteindre 1 cm) et dure, blanche, teintée de brun dans le bas du stipe, brun ochracé ou brun roussâtre dans les trous d'insectes notamment: odeur immédiatement dès la coupe très fortement fruitée, de pseudointegra, de fellea, remarquablement intense; saveur douce puis mentholée amarescente (parfois un peu piquante dans les lames ?). FeSO4 : rosé orangé pâle. Gaïac: réaction lente, bleu sale, peu énergique. Phénol: brun pourpré.
Lamelles assez espacées ou espacées, épaisses, rigides-cassantes avec de nombreuses lamellules (au moins 4 longueurs, mais on en compte seulement 1-3 entre deux grandes lames), souvent cannées, arquées, aiguës en avant, larges de 5-8 mm, assez nettement à longuement décurrentes (surtout à la fin), parfois prolongées en filets sur le stipe, ivoire vues de flanc et un peu citrines vues de face sur les jeunes, puis jaune de Naples, ivoire foncé vues de flanc, et crème ochracé sale, ochracé terne vues de face, (K 128 C ; R XV 17' e entre warm et light buff), avec parfois des reflets un peu orangés à maturité, pouvant même devenir ocre saumoné dans la vétusté et souvent toutes maculées de roux, avec l'arête entière, concolore ou teintée de brun rougeâtre.
Sporée crème foncé (IId).
Spores 7,5-8,75 x 6-7 µm, obovales, verruculeuses à verruqueuses, zébrées-subréticulées, cristulées, ou caténulées, à connexifs rares, à verrues hémisphériques, assez nombreuses, plus ou moins amyloïdes, le tout d'aspect granuleux; appendice hilifère 1-1,5 x 1-1,5 µm; tache supra-­appendiculaire vague, faiblement ou très faiblement amyloïde. Basides 52-60 x 9-11 µm; tétrasporiques. Cystides 65-165 x 6,5-10 µm, souvent un peu flexueuses, obtuses ou atténuées au bout tantot en un col court et obtus, rarement long et mieux différencié, tantôt en un ou deux boutons globu­leux ou un peu oblongs superposés, immerses, contenant une grande masse réfringente souvent fragmentée, huileuse, ne se colorant qu'en brunâtre par la SV et le SBA, mais la réaction est grisâtre vers le haut dans le SA et les masses virent au noirâtre dans l'acide sulfurique concentré et pur.
Cuticule d'hyphes capilliformes emmêlées, extraordinairement longues, larges 1-5 à 2,5 µm, ne présentant de cloisons qu'à l'extrême base près du subcutis lâchement emmêlé, à parois rigides, un peu épaissies, avec çà et là quelques dermatocystides bien caractérisées larges de 5,7-7 µm; lati­cifères épars dans l'hypoderme et la chair du chapeau. Médiostrate de texture serré, à sphéro­cystes de 12-26 µm par exemple, à parois minces.
Cortex du stipe à laticifères, mais sans corps noircissants dans les réactifs sulfoaldéhydiques, comme d'ailleurs ceux des autres parties du carpophore et les dermatocystides.
Habitat: Dans les vieilles hêtraies, parmi les feuilles mortes, s'aventurant parfois aussi dans les bois mêlés de hêtres et de chênes. Pas rare. France, Danemark, Allemagne. Nous l'avons recueillie dans la région parisienne à Compiègne, dans les forêts de la Haute-Pommeraie (près Chantilly). et (très fréquemment) de Coye et d'Orry (Oise). - Type: n° 11-IX-48.
 
Taxon name: