Search on : Taxa descriptions

 


 
 Add this item to the list  Russula citrina Gillet (?)
   
Literature:
 
Page number:384 
Remarks (public):Nous ne rapportons l'exemplaire ci-dessus décrit à R. citrina Gillet qu'avec réserve, parce que la saveur de cette dernière serait douce, puis seulement un peu âcre. Toutefois, comme elle serait, selon l'auteur, affine aux Felleinae, et que notre Russule nous a fait penser sur le terrain à une forme extraordinairement jaune d'ochroleuca, nous pensons pouvoir la rapporter à la plante de Gillet, au moins provisoirement.
Cette dernière est d'ailleurs une espèce fort peu connue, ou plus exactement très diversement interprétée. Parmi les spécialistes modernes des Russules, Singer est le seul à l'avoir retrouvée, mais semble ne l'avoir vue que très rarement; il n'en a publié dans Hedwigia qu'une description microscopique tout à fait rudimentaire, ne donnant aucune indication notamment sur la structure de l'épicutis. Il n'a réalisé cette étude que sur la forme américaine separata Singer, et les détails qu' il donne sur les spores ne peuvent guère s'appliquer à notre récolte, même compte tenu du fait Singer comprend toujours l'ornementation dans ses mensurations sporales. Mais, comme il signale lui-même que les sujets américains se distinguaient du type par quelques caractères macroscopiques, on peut regarder l'identité spécifique comme non démontrée. Nous donnerons d'ailleurs la description macroscopique des sujets européens qu'il a examinés; il est peu probable, comme il l'a un moment pensé, que sa plante puisse n'être qu'une grosse variété de Raoultii, car cette dernière n'a jamais le chapeau brunâtre au centre.
Chapeau 5-13 cm, convexe, pluis plan et souvent plus ou moins déprimé au centre, charnu, avec la marge unie, à la fin seulement un peu sillonnée-tuberculeuse, aiguë, d'un beau jaune citron, souvent plus clair sur la marge ou avec du jaune brunâtre saturé au milieu, accidentellement avec une pointe de verdâtre, à la fin avec le centre décoloré et ocre pâle; cuticule plus humide que visqueuse, séparable au bord. Stipe 5-8 x 1-1,9 cm, égal ou un peu atténué vers le bas, farci blanc, faiblement rugueux. Chair blanche, jaune sous la cuticule, finalement gris clair à la périphérie du stipe, assez ferme, fragile-rigide; saveur douce, puis piquante; pas d'odeur. Lamelles serrées, anastomosées, un peu fourchues, avec quelques rares lamellules, légèrement décurrentes, élargies en avant, atténuées en arrière. Sporée blanche ou blanchâtre.
La f. separata Singer diffère par le chapeau plus sulfurin au centre, le stipe jaunissant dans les échantillons secs et la saveur plus âcre. Spores 8,5-12 x 7,9 µm, le plus souvent 8,5 x 8 µm, avec des aigillons de 0,8-1,2 µm, échinulées-réticulées ou subréticulées.
Rappelons que la citrina de Quélet et de Boudier est une forme de violeipes: celle de BRESADOLA une espèce différente, si l'on en croit SINGER, qui lui a donné le nom nouveau de citrinochlora.
Blum nomme citrina une espèce proche de fellea par sa remarquable tendance au jaunissement, et qui par conséquent correspond peut-être à la f. separata, plutôt qu'au champignon regardé comme le type par Singer, puisque ce dernier aurait la chair grisonnante dans le cortex du stipe. Voici description de Blum.
Espèce presque moyenne, 5-8 cm. Chapeau assez épais, mais fragile, un peu lobé, à marge [Page385] finement cannelée, uniformément citrin clair, ou bien presque tout blanc avec le centre citrin, ou bien au contraire jaune citron avec le centre un peu brunâtre, à cuticule lisse. Stipe rarement long, plutôt épais, mou, très fragile, non vraiment grisonnant, mais devenant entièrement café au lait très clair, de la couleur des lames avec l'âge, tendant à brunir un peu du bas. Chair âcre, inodore: réaction faible, presque nulle à la teinture de Gaïac. Lamelles serrées, larges, très blanches d'abord., puis un peu crème, à arête non denticulée. Sporée blanche. Spores vers 7 ou 8 µm, ornées d'épines peu hautes, reliées entre elles par un réseau souvent complet, mais plus ou moins dense, et fait de lignes fines ou épaisses, avec quelques crêtes de verrues caténulées. Cuticule avec dermatocystides souvent fortement clavées. - Sous feuillus ou sous conifères.
 
Description type:Non-original description 
Description:Russula citrina Gillet (?)
Chapeau 6 cm, épais et charnu, franchement ferme, convexe plan, largement et doucement déprimé au milieu, à marge amincie un peu brusquement, mais peu aiguë, unie, d'un très bea-.: jaune citron vif à la marge (K 181), mais virant vite vers un ton un peu plus orangé, K 176, e: envahi au centre d'une couleur rousse (K 113), à cuticule humide-visqueuse, puis brillante, un peu chagrinée-ridulée, séparable seulement au bord (sur moins d'un tiers du rayon).
Stipe 4,2 x 2 cm, ferme, brusquement étranglé sous les lames, ailleurs subégal, ou à base un peu atténuée, blanc, puis taché de brun roux, à surface farineuse, mate, un peu ridée.
Chair épaisse et ferme, blanche, devenant brun roux dans les morsures des bêtes; odeu:­un peu acide (rappellant les Emeticinae); saveur nettement âcre. Teinture de Gaïac: réactior: bleu clair, assez faible relativement. Le paraphénylène diamine donne d'abord une colora­tion bleu vert clair, puis bleu foncé, enfin noir violacé. Réaction faible au FeSO4.
Lamelles très serrées et minces, avec quelques lamellules et furcations çà et là, arrondies­sinuées à l'insertion, sublinéaires, plutôt aiguës en avant, étroites (5 mm), crème ivoire, puis ivoire sale (un peu glauques), à arête entière et concolore, nettement interveinées.
Sporée blanche en faible masse (1 a).
Spores 6,7-8,2 x 5,2-6,7 µm, obovales, verruqueuses, partiellement réticulées-connexées. parfois un peu cristulées, à verrues hémisphériques ou courtement coniques, atteignant 0,62 .u de haut, assez nombreuses, nettement amyloïdes; appendice hilifère par ex. 1,25 x 1 µm; tache supra-appendiculaire plus ou moins arrondie, 1,5-2 x 1,25 µm, nettement amyloïde.
Basides 52-55 x 9-10 µm, à 4 stérigmates.
Cystides en ogive ou fusiformes obtuses, 58-83 x 7,5-10 µm, sans appendice au sommet. grisonnant ou noircissant en SV, nombreuses sur l'arête.
Cuticule d'hyphes grêles, emmêlées, larges de 3-3,5 µm, sans aucune trace de pigmentation membranaire, émettant un épicutis de poils banaux, x 2-3,5 µm, à dermatocystides volumineuses. obtuses ou faiblement atténuées au bout, rarement un peu capitées; pigment vacuolaire jaune d'or (les gouttes jaunes, d'aspect flou, sont entourées de corpuscule plus obscurs), localisé principale­ment entre la zone incolore de contact avec la chair et l'épicutis, oÀ¹ il est beaucoup plus disperséet moins apparent. Pas de laticifères hypodermiques. Médiostrate à sphérocystes serrés, peu réfrin­gents; sous-hyménium serré, de petites cellules peu réfringentes.
Habitat: Un exemplaire récolté contre une souche de châtaignier, dans un endroit humide, à Luzarches (S.-et-O.), entre le carrefour du Bois Brandin et le lieudit « Les Trois Frères », en forêt de Coye, le 24 août 1951 (no 51-192).
 
Taxon name: