Search on : Taxa descriptions

 


 
 Add this item to the list   Russula emetica var. longipes Singer
   
Literature:
 
Page number:397 
Description type:Non-original description 
Description:Russula emetica var. longipes Singer
Chapeau 3,5-7 cm, d'abord hémisphérique, et quelquefois un peu tronqué ou bossu au centre, puis étalé et déprimé en soucoupe, mais peu profondément, non ombiliqué, mais avec parfois dans la dépression quelques montuosités irrégulières, d'ailleurs peu nettes, à marge droite, non cannelée, sinon très courtement et peu évidemment dans la vétusté (surtout sur les petits sujets), d'abord régulière, puis un peu sinueuse; d'un beau rouge vif et même sombre (K 31-36; R l, 3 i, Nopal red), avec plages et taches encore plus foncées (plus que K 32; RI, 3 k Garnet brown), présentant aussi çà et là des places paille ou ivoire jaunâtre brusquement délimitées, irrégulières, mais rarement avec le centre discolore et pâle; cuticule lisse, brillante, assez adnée (séparable sur moins de la moitié du disque).
Stipe long, 5-8 x 1-1,7 cm (jusqu'à 2,6 en bas), en général nettement étranglé en haut sur les sujets bien typiques, renflé-claviforme en bas, plus ou moins nettement, mais souvent de façon très frappante (aspect gonflé boursouflé), fréquemment tordu ou difforme, flexueux, blanc, teité de paille à la base et en outre un peu vitreux-sordescent; surface souvent cabossée-rugueuse et alors d'aspect comme moiré, finement réticulé.
Chair assez épaisse, assez ferme, puis devenant plus ou moins fragile, blanche, même sous la cuticule là ou elle est séparable, ou parfois un peu rosée. Odeur du type, pas très intense; saveur très âcre. Réaction faible à la teinture de Gaïac (pratiquement nulle sur la chair, plus ou moins nette en une minute à la base du stipe).
Lamelles au début serrées, puis devenant espacées à la fin (plus de 2 mm au bord), avec quelques très longues lamellules et rares furcations près du stipe, atténuées-libres, ventrues, obtuses, larges de 5-8 mm, blanc très clair avec à la récolte quelques reflets jaunâtres, puis paille clair, à arête généralement entière, mais parfois irrégulièrement serrulée; densément et nettement interveinées.
Sporée blanche (I a-b).
Spores 8,7-11 x 6,7-8,7 µm, obovales, fortement pustuleuses, partiellement réticulées-connexées, à verrues hémisphériques, atteignant 0,87 µm de haut, et 1,12 µm de large, assez nombreuses, nettement amyloïdes; appendice hilifère 1,25-1,5 x 1,12-1,37 µm; tache supra-appendiculaire irrégulière, 3,75 x 3 µm, assez nettement amyloïde. Basides 42-50 x 11-13 µm (sur exsiccata, dans le Melzer). Cystides environ 80-110 x (7,5)-9-13,5 µm (id.), en ogive ou fusiformes, souvent courtement appendiculées ou capitulées.
Cuticule filamenteuse en profondeur, émettant un épicutis de poils grêles (2,5-3 µm en général), obtus, de forme banale, avec de nombreuses dermatocystides, de forme générale cylindracée ou même filamentiforme, souvent un peu étranglées çà et là, et contractées au sommet en un col epais ou un capitule assez volumineux, cloisonnées, mais à articles assez longs, jamais remar­quablement courts comme chez la variété typique, larges de 3,5-8,5 µm, rarement dichotomes. Médiostrate à gros sphérocystes lâches; sous-hyménium assez différencié.
Habitat: Dans les bois de Pinus silvestris, en terrain siliceux, mais humide et même marécageux, à Lichtaart, en Campine (Belgique), non loin de la frontière néerlandaise, le septembre 1956, avec R. paludosa, Lactarius glycyosmus ss. Ricken (= mammosus Neuhoff). ­Type: n° 56-195.
 
Taxon name: