Search on : Taxa descriptions

 


   
Literature:
 
Page number:452 
Remarks (public):Il n'est pas absolument certain que cette Russule soit la même que celle de Bresadola, car ce dernier la signale aussi bien sous feuillus que sous conifères, mais elle en est assez voisine pour qu'on puisse admettre la détermination de Blum. Celui-ci la considère comme une espèce distincte, caractérisée par rapport à torulosa par la sporée plus foncée, la saveur plus âcre, la silhouette un peu plus svelte, l'odeur différente. Mais la spore n'est pas fondamentalement différente, compte tenu d'une certaine variabilité dans le relief ornemental que nous avons constatée chez torulosa, et comme elle ne semble connue que d'une seule station, nous préférons la regarder comme une sile variété à sporée plus foncée de torulosa.
La f. olivovirens Blum nous semble en être un simple état individuel, de coloration analogue à ce qu'on observe chez sardonia (viridis) et Queletii (flavovirens); par prudence, nous avons cependant placé entre parenthèses, dans notre diagnose, tous les éléments empruntés à la description séparée que nous avons prise de cette forme.
Comme nous l'avons dit ci-dessus, Singer estime que la fuscorubra de Bresadola est la même que sa drimeia, donc fort probablement notre sardonia f. pseudorrhodopoda. Cette interprétation n'a rien d'illégitime, mais elle ne nous paraît pas plus probable que celle, antérieure, de J. Blum.
 
Description type:Non-original description 
Description:Russula torulosa (Bres.) var. fuscorubra (Bres.) Romagn. ss. Blum
Chapeau (4,4)-6-8 cm, épais, charnu et dur, d'abord convexe, puis convexe plan ou étalé, en général assez régulier, à peine déprimé, sinon dans la vieillesse par redressement de la marge (parfois bossu-mamelonné au début), à marge obtusément arrondie et assez étroitement infléchie (parfois unie jusqu'au bout), mais souvent obscurément et courtement cannelée dans la vétusté, typiquement pourpre violet, pourpre noir, K 580, S 41 et 56, presque noir au centre, rarement ­avec des places jaunes K 166 comme chez Turci; (dans la forme olivovirens Blum d'une couleur qui rappelle beaucoup ochroleuca, jaune ochracé avec une pointe de verdâtre, K 153 D, ochracé verdâtre K 171 + T 178 D, ou finalement jaune vert, K 177 dilué ou vers 202 dilué, rarement jusqu'a 178 D quand il est délavé par l'eau); cuticule séparable au plus sur le tiers marginal (parfois adnée même au bord), humide grasse par la pluie, à surface souvent irrégulière et comme bosselée (seulement sous la loupe parfois chagrinée-ruguleuse).
Stipe 4-6,5 x (1)-1,3-1,9 cm, égal, puis évasé en haut, en général un peu atténué vers la base (plus rarement coudé ou parfois un peu épaissi), plein, puis tout au plus un peu moelleux, surtout en bas, rose violacé à rose pourpre comme torulosa, K 22, 3 B, 17, etc..., pâlissant en haut dans les tons grisâtres, ou avec des taches jaunes ou ocres (mais blanc, se teintant de jaune sale et même de brun verdâtre en bas dans la forme olivovirens), pruineux, puis laissant apparaître de fines rides anastomosées.
Chair épaisse, dure ou ferme, blanche, légèrement salie de grisâtre dans l'ensemble, mais avec tendance à se tacher de jaune et même de jaune vert à la base du stipe; odeur faiblement (ni de pommes, ni de violacea); saveur nettement acre, meme dans le stipe. Pas de reaction rose à l'ammoniaque. La réaction au Gaïac n'est pas instantanée dans le chapeau, et nettement lente dans le stipe.
Lamelles moyennement ou peu serrées, assez minces et cassantes dans le type (assez épaisses et même au début un peu lardacées dans la forme olivovirens); accompagnées de nombreuses lamellules, à furcations plus ou moins nombreuses (rares dans le type), atténuées et souvent un peu décurrentes sur le stipe, mais parfois aussi un peu échancrées, plus ou moins obtuses en avant, un peu, arquées et segmentiformes, larges de (3,5)-6-8 mm, crème ochracé, puis d'un ocre assez franc qui rappelle erythropus, à arête entière et concolore, en général peu fortement interveinées.
Sporée d'un ocre plus foncé que chez torulosa, III b-c.
Spores 7,7-9 x 6,7-7,2 µm, obovales, verruqueuses-pustuleuses, cristulées, souvent caténulées, çà et là connexées, à verrues hémisphériques ou courtement coniques, atteignant 0,37 µm, ou même 0,75 µm de haut chez la f. olivovirens, assez nombreuses, parfois peu ou incomplètement amy­loides (surtout dans la forme), à crêtes longues et épaisses, en collier, à connexifs plus ou moins nombreux; appendice hilifère 1-1,5 x 1-1,35 µm; tache supra-appendiculaire irrégulière ou arrondie, 2,75-3,75 x 1,25-2,5 µm, parfois verruculeuse à la marge, nettement amyloïde.
Basides 43-50 x 8-11,5 µm.
Cystides fusiformes à subfusiformes (65)-100-120 x (7,5)-12-15 µm, cuspidées à acuminées, ventrues, rarement obtuses ou cylindracées, noires en SV.
Épicutis d'hyphes dressées, obtuses, à articles courts, larges de 3,2-4 µm, avec dermatocystides cylindracées, en fuseau obtus ou en ogive obtuse, volumineuses, larges de (4,5)-6-10µm, sans cloisons; nombreux laticifères hypodermiques; sous-hyménium celluleux, serré (avec souvent une zone hyménopodiale assez distincte d'hyphes connexives); médiostrate à sphérocystes mesurant par exemple 17-30 µm, à laticifères assez nombreux.
Habitat: Sous Picea excelsa: récolte transmise par J. Blum, de la station originale, aux environs de Dourdan (S.-et-O.), le 27 septembre 1952. - Type: n° 52-221.
 
Taxon name: