Search on : Taxa descriptions

 


 
 Add this item to the list   Russula smaragdina Quélet
   
Literature:
 
Page number:488 
Remarks (public):La R. smaragdina au sens de J. Schaeffer est, comme il le précise lui-même, une forme verte de cavipes; il se peut qu'il soit dans le vrai, puisque la couleur de cette forme est effectivement d'un beau vert. La plante que nous décrivons ci-dessus devrait alors porter le nom de R. innocua ( Singer) Romagn.
Singer, sans doute à cause de la saveur douce ou à peu près, la classe auprès d'aeruginea, mais ce point de vue est inadmissible: la structure cuticulaire, avec ses énormes dermatocystides, l'absence de pigment granulaire, en font une Piperinae incontestable, pour ne pas parler de la taille et de la forte ornementation piquetée des spores. Mais nous hésitons à la classer dans les Atropurpurinae, à cause de sa sporée trop crème, ou dans les Violaceinae, car l'odeur n'est guère typique.
D'ailleurs, la structure remarquable de l'épicutis piléique, avec ses gros poils, la caractérise fortement, ainsi que sa spore piquetée et sa saveur faible.
 
Description type:Non-original description 
Description:Russula smaragdina Quélet
(f. innocua Singer)
Chapeau 1,5-4 cm, vite étalé et déprimé au centre, ou même retroussé en soucoupe ou subcyathiforme, très fragile, à marge obtuse, souvent nettement ou même grossièrement sillonée au bord, presque blanc, mais avec toujours vers le milieu une nuance verdâtre ou olive plus ou moins diluée (nous ne l'avons jamais vu d'un beau vert comme dans la forme typique de Quélet), très rarement avec vers le bord une place montrant un très vague effet lilacin; cuticule lisse, brillante, séparable.
Stipe 2-5,5 x 0,4-1 cm, très fragile, très creux, très mou, généralement un peu épaissi subclaviforme en bas, blanc, puis plus ou moins grisonnant, surtout par imbibition; surface un peu pruineuse en haut, ridée-ruguleuse.
Chair très fragile, blanche ou un peu grisonnante; odeur fruitée plus ou moins percepti: pas très nettement pélargoniée à saveur seulement un peu piquante dans les lames, ou tout à fait insipide. Réaction faible à la teinture de Gaïac.
Lamelles espacées ou même très espacées, toutes égales ou avec de rares lamellules assez longues, parfois fourchues-anastomosées contre le stipe, arrondies-libres, larges de 5-8 cm, ventrues, ­obtuses, blanches ou légèrement crème, à arête entière et concolore, interveinées.
Sporée d'un crème très pâle, II a seulement.
Spores 8-9,2 x 6,5-7 µm, très finement spinuleuses, piquetées, à épines longues et grêles, attei­gnant 1 µm de long, aiguës, nombreuses par places, incomplètement amyloïdes; appendice hilifère 1,37-1,5 x 1,25 µm; tache supra-appendiculaire plus ou moins arrondie, par exemple de 3 µm, assez nettement amyloïde. Basides 35-53 x 11-13 µm.
Cystides claviformes ou fusiformes obtuses, à appendice variable, souvent assez épais et ­assez long, ou un peu renflé au bout, 50-78-(100) x 7,5-14 µm, à réaction positive dans les réactifs sulfoaldéhydiques.
Épicutis à poils relativement très épais, 3-4,7-(5,5) µm, articulés, à cloisons rapprochées, à terminaison obtuse ou même clavés à subcapités, très rarement à petit appendice délié au-dessus de l'extrémité renflée, accompagnées de nombreuses et énormes dermatocystides, claviformes ­subfusiformes-obtuses, 35-100 et beaucoup plus x 7-12 µm, à cloisons distantes ou nulles; pas de pigment granulaire.
Habitat: Dans les bois feuillus, sur sol plus ou moins argileux et humide, assez rare.
 
Taxon name: