Search on : Taxa descriptions

 


 
 Add this item to the list  Russula pseudointegra Arnoult-Goris
   
Literature:
 
Page number:523 
Remarks (public):Espèce peu variable et l'une des plus fortement caractérisées parmi les Russules. Bataille pense que la R. rubicunda Quélet représente la même espèce, et ce nom aurait la priorité si cette synonymie pouvait être péremptoirement établie. Le nom actuellement en vigueur est d'ailleurs malheureux, car elle n'offre ni la moindre ressemblance, ni la plus lointaine parenté avec R. integra. Ses affinités avec les Roseinae sont d'une évidence remarquable, comme nous l'avons développé dans notre chapitre II, notamment à cause du rougissement des tissus que provoque le SBA s'il est suffisamment frais. Mais la sporée jaune pourrait autoriser la création d'une section spéciale monospécifique. 
Description type:Non-original description 
Description:Russula pseudointegra Arnoult-Goris
Chapeau 3-12 cm, charnu, compact, d'abord globuleux, puis convexe et enfin plan ou même un peu relevé sur les bords, parfois irrégulier, à marge obtuse, lisse (exceptionnellement un peu cannelèe dans la vétusté), d'un beau rouge cinabre pur (R I, 3 i, Nopal red à XIII, 3' jasper red; K36; Locq. R 50), mais assez décolorant et parfois rouge rosé terne ou rose avec de vastes plages pâles, blanches, crème ou jaune de Naple, mais rarement tout pâle, souvent taché çà et là d'ochracé; cuticule séparable sur la moitié ou les deux tiers du rayon, d'abord visqueuse, au moins par temps: humide, mais bientôt sèche, souvent finement grenelée-chagrinée ou mêle ponctuée vers les bords de minuscules amas de pruine blanche, mais qui manquent souvent, ailleurs généralement glabre et lisse, quoique pas très brillant.
Stipe le plus souvent épais et massif, 2-7-(10) x 1,5-3-(4) cm, souvent irrégulier ou ventru,
comme gonflé, parfois épaissi vers le bas, longtemps solide et compact, ferme et plein, tardive­ment un peu farci (mais jamais creux), blanc pur, au plus à la fin un peu cendré, tout à fait acciden­tellement taché de rosé en bas: surface au début entièrement revêtue d'un fin tomentum apprimé qui lui donne sur le frais un aspect presque poré sous la loupe, longtemps lisse, à la fin glabrescent et pouvant devenir plus ou moins ridé.
Chair dure, blanche, devenant légèrement paille près des surfaces au moment de la coupe, mais à la longue d'un cendré pâle (surtout dans le stipe) par exposition à l'air; odeur fruitée­-mentholée caractéristique; saveur amarescente, parfois un peu piquante à la fin, mais toujours tres faiblement. Réaction très faible et très lente à la teinture de Gaïac.
Lamelles moyennement serrées, larges, souvent fourchues ou même anastomosées-onduleuses par places, arrondies-obtuses en avant, atténuées-adnexées vers le stipe, blanches ou crème, puis devenant assez lentement ochracé assez vif (d'abord sous la forme de reflets) à la maturité, à arête entière, interveinées.
Sporée jaune pas trop foncé (IV b).
Spores 7-8,5 x 6,5-8 µm, courtement obovale, verruculeuses subcristulées ou connexées, subréticulées, à verrues hémisphériques, dilatées jusqu'à 0,5-0,75 µm, assez nombreuses, avec quelques vagues petites crêtes et de très fins connexifs, nettement amyloïdes; appendice hilifère 1,25-1,55 x 1-1,25 µm; tache supra-appendiculaire arrondie, large de 3 µm, verruculeuse à la marge, plus ou moins diverticulée, assez amyloïde.
Basides 43-60 x 10-13 µm, à 2 ou 4 stérigmates.
Cystides faciales et marginales fusiformes-obtuses ou rétrécies-pointues dans leur partie supérieure 55-80 x 8,5-13-(17) µm, ne contenant dans l'eau que des sphérules incolores, entourée d'une gaine de substance amorphe laissant libre la pointe, et disparaissant instantanément dans NH3; le Bleu de Crésyl et le Rouge Neutre la colorent non métachromatiquement, et elle n'est pas biréfringente.
Les coupes, plongées sur le frais dans le réactif SBA récemment préparé avec des produits en parfait état, y prennent lentement une belle coloration rouge groseille (surtout dans le stipe ou au niveau du sous-hyménium, mais pas de l'hyménium), et les cystides faciales y montrent une légère émulsion grisâtre qui se condense ensuite en petites gouttes noires; ce réactif a donc exactement les mêmes effets sur cette espèce que la SV sur rosea et affines.
Cuticule epaisse d'hyphes serrées, émettant un épicutis de poils grêles, à articles courts, ramifiés, subcylindriques clavulés, obtus, rarement atténués au bout, mesurant par exemple 2-3,5 µm de diamètre, avec çà et là d'interminables hyphes primordiales larges de 2,7-4 µm, multi­cloisonnées, tantôt cylindriques et à article terminal un peu atténué, tantôt avec çà et là de brusques page523 renflements au niveau de certains articles, incrustées d'une substance acidorésistante analogue à celle des cystides faciales; quelques articles à tête plus ou moins renflée montrent parfoi un contenu huileux, mais pas de corsp noircissants au SBA; pigment vacuolaire rose rouge dans les couches profondes du revêtement.
Revêtement du stipe montrant d'assez nombreuses hyphes primordiales incrustées, atténuées au bout, mesurant 2,5-4 µm, accompagnées d'autres hyphes plus volumineuses, 7-8 µm, obtuses ou un peu atténuées, septées; pas de réaction noire en SA ni SBA, même dans le cortex.
Habitat: Assez commune dans les bois feuillus (hêtres, chênes, châtaigniers), surtout dans les endroits boueux et parmi l'herbe, le long des chemins humides. France, Belgique, Angleterre, Danemark, Tchécoslovaquie, Allemagne, etc. - Type: 8-34.
 
Taxon name: