Search on : Taxa descriptions

 


 
 Add this item to the list   Russula lilacea Quélet
   
Literature:
 
Page number:534 
Remarks (public):Nous avons décrit (XXI) comme var. purpureoatra un exemplaire que nous préférons aujourd'hui rattacher à emeticicolor, à cause de sa couleur, et malgré un port plus grêle, une consistance moins ferme que les exemplaires belges que nous avions étudiées antérieurement. D'autre part, nous n'avons recueilli que deux fois des carpophores à spores plus bassement ornementées que le type; une fois dans un bois de Picea, en Suisse, septembre 1953, et, en abondance, dans un bois de charmes, à Yerres (S.-et-O.) en 1939. Nous avions pris l'unique spécimen suisse pour azurea, mais l'examen microscopique révéla qu'il ne s'agissait que de lilacea; le chapeau était violet. Les autres sujets, bien que ayant la spore presque semblable, étaient au contraire constamment dépourvus de teinte violette - ils étaient pourtant nombreux - mais oscillaient entre le carmin et le brun olivâtre. La var. carnicolor Bres., décrite avec un chapeau rose au bord et brouillé de brunâtre au milieu pourrait s'y rapporter, sans aucune certitude d'ailleurs, car la planche de Bresadola ne nous satisfait pas entièrement. Nous pensons par conséquent que la couleur du chapeau ne varie pas parallèlement à l'ornementation sporale, contrairement à l'apparence. Mais nous croyons bon de donner une desscription séparée de notre abondante récolte d'Yerres. 
Description type:Non-original description 
Description:Russula lilacea Quélet
Chapeau 3-5,5 cm, bientôt étalé, parfois irrégulièrement, avec le milieu largement et plus ou moins bassement déprimé, plus rarement subombiliqué, très fragile, à marge obtuse, généralement plus ou moins cannelée, tantôt obscurément, tantôt nettement (sur 7-12 mm), de colorations très variables, mais en général mates, ternes et souvent même pâles et comme délavées: tantôt violacé clair (f. lilacea) (S 22 à 108; K 553 A à C; R vers XXXIX, 9" ' d, light grayish vinaceous), tantôt rosâtre (R XXVIII, 11'' d, buff-pink) mais souvent obscurci par un pointillé plus coloré (R XL, 13"', fawn colour, ou XXXIX, 1" ' b à d, vers purplish vinaceous), tantôt brun rosâtre ou brun violacé (K13), avec le centre ou plus pâle (K 153 B, C) ou plus foncé et pourpré (K 10), tantôt aussi pâle olivâtre sale, gris jaunâtre, gris verdâtre avec une superposition de brun lilacin, de lilacin vineux clair et terne et dans l'ensemble franchement pâle (K 153 C, puis vers 162 mêlé de 122) et dans ce cas souvent maculé et à colorations irrégulièrement réparties, plus rarement ­d'un jaune vert (f. flavorividis Romagn.); cuticule longuement séparable, fortement pruineuse, ponctuée-granuleuse ou gercée sous la loupe (tantôt à pruine blanche, tantôt à ponctuations plus colorées que le fond), mais nous l'avons vue aussi parfois lisse et même brillante par ­temps sec.
Stipe 2,5-4 x 0,6-1,3 cm, variant d'assez ferme à mou-spongieux, à la fin toujours très fragile, creux ou se creusant, subégal ou assez souvent évasé sous les lames et épaissi-clavé à la base, blanc page534 ou plus généralement teinté de rose ou de rouge clair comme amoena (K 3 C à D; R I, 3 d, Gera­nium pink, ou XIII, l' d, Alizarine pink), souvent taché à la base de jaune ochracé ou de brunâtre surface pruineuse, finement veinée.
Chair assez épaisse, mais fragile, blanche ou un peu salie de jaunâtre localement. Odeur ­négligeable ou un peu acidulée-fruitée; saveur douce. La réaction est positive à la teinture de Gaïac, mais pas instantanément, parfois même assez lente (mais bleu vif en 1 ou 2 minutes); elle est rosé pâle à FeSO4.
Lamelles moyennement serrées, minces, avec quelques lamellules et des furcations à quelque distance du stipe (non contre), arrondies-libres ou échancrées à l'insertion, très ventrues, obtuse, larges de 3-8 mm, blanches ou blanc de lait, puis légèrement crème glauque, à arête entière et concolore, nettement interveinées.
Sporée blanche ou blanchâtre (1 a, b).
Spores 6-8,2 x 5,2-6,5 µm, obovales-arrondies ou subglobuleuses, dans la plupart des formes grossièrement spinuleuses, piquetées, à verrues polymorphes, plus ou moins longues et grosses, pouvant atteindre 1,5 µm de long, sur souvent 0,62 de large, coniques, aiguës, peu nombreuses et implantées irrégulièrement, souvent peu amyloïdes; appendice hilifère 1,5 x 1,25 µm; tache supra-­appendiculaire plus ou moins arrondie, mesurant par exemple 2,5 µm, épaisse et fortement amyloïde.
Basides 32-48 x 8,5-13,5 µm.
Cystides en cigare, 50-60 x 6,7-10 µm, parfois prolongée en un bec court, à faible réaction en SV, mais avec quelques gouttes noires dans les réactifs plus sensibles, ou comme vidées de leur contenu.
Cuticule mince, ne montrant au contact des sphérocystes de la chair que quelques hyphes allantoïdes subparallèles, la couche principale étant constituée d'articles plus ou moins emmêlés, ­larges (5,7-10 µm) et souvent relativement courts, même d'aspect amiboïde (mais sans sphérocystes !), dont la disposition rappelle une couche sous-hyméniale; épicutis montrant des poils grêles de 2,7-4 µm, ayant parfois une légère tendance à s'épaissir au sommet, et des hyphes primordiales nombreuses, très longues, septées, avec certains articles franchement courts, parfois ramifiées à la base, fortement incrustées, larges de 3,5-5-(6,5) µm, généralement effilées dans la partie supérieure, quoique l'extrême sommet soit obtus. Le pigment, d'abord labile, peut se solidifier en petites masses cristallines évidées à l'intérieur (aspect d'anneau), sur l'exemplaire de Saint-Nom-la-­Bretèche.
Revêtement du stipe dépourvu de dermatocystides; les laticifères ont un contenu huileaux jaunâtre homogène, et ne présentent pas la moindre trace de corps noircissants en SBA; ils atteignent 5,5 µm de diamètre.
Habitat: Dans les bois feuillus humides et assez ombragés, surtout sous charmes. Pas très rare, mais le plus souvent isolée ou par deux ou trois exemplaires. Toute l'Europe.
 
Taxon name: