Search on : Taxa descriptions

 


 
 Add this item to the list   Russula roseipes Secr., ss. Bres.
   
Literature:
 
Page number:557 
Remarks (public):Voici quelques données descriptives supplémentaires, provenant des notes inédites communiquées par E.-J. Gilbert et J. Blum:
E.-J. Gilbert: Chapeau un peu visqueux dès la jeunesse, même par temps sec, de teinte sensiblement incarnat rosé, avec du lilas rougeâtre, etc.; marge mince, striolée à la fin. Stipe creux, de très bonne heure lacuneux spongieux (teinté de rose sur l'aquarelle). Chair blanche, fragile, peu épaisse; odeur nulle, même en séchant.
J. Blum: Espèce assez robuste (6-8 cm), à stipe ferme, plein, blanc, teinté de rose, surtout en bas. Chapeau orange (même presque comme Amanita Caesarea), se décolorant plus ou moins en crème, à marge peu cannelée. Sporée jaune clair (IV a-b). Chair inodore, à réaction lente à la teinture de Gaïac et extrêmement pâle (nettement faible) au FeSO4.
Les spores sont semblables à celles des exemplaires de Gilbert, seulement un peu plus bassement ornées et avec crêtes plus fréquentes.
La très grande variabilité que nous avons constatée dans l'importance des anastomoses, crêtes, etc... entre les verrues sporales nous fait douter que la variété dictyospora décrite par Singer des monts Altaï (Asie septentrionale) puisse être acceptée comme race géographique, et qu'elle présente la moindre stabilité. Même les exemplaires alpins présentent des spores piquetées à côté de spores fortement crêtées, et ces dernières sont encore plus fréquentes sur les sujets pyrénéens. Singer décrit comme suit sa variété, qui semble seulement un peu plus mate que le type.
Chapeau 4-8 cm, rouge rose comme lepida ou Velenoskyi, à centre souvent pâle, cuticule glabre ou légèrement ponctuée-aréolée ou très finement subveloutée, visqueuse, puis bientôt seche, séparable jusqu'à la moitié du rayon. Stipe 3,2-5 x 1,3-1,5 cm, subégal, spongieux plein, blanc ou rose, souvent rose en bas, quelquefois même à sommet ponctué de rose. Chair blanche, un peu brunissante, solide, enfin spongieuse-élastique, odeur nulle ou rappelant maculata (réaction négative ou presque par le Gaïacol). Lamelles ochracées comme chez Schiffneri, serrées, ventrues, larges de 5,5-6,5 mm. Sporée G, H. Spores 8-11 x 6,7-8,7 µm, verruqueuses, cristulées, à verrues de 0,5-0,8 µm de haut. Basides 40 x 11,5 µm. Cystides 45-90 x 6-12 µm. Cuticule avec hyphes primordiales rétrécies aux cloisons, ponctuées-granuleuses, souvent absentes au bord du chapeau, larges de 8,5 µm; dermatocystides nulles ou rarissimes (une seule observée sur une foule de coupes, clavulée-capitée). - Bois mêlés de Pinus silvestris et de Betula pubescens. Asie septentrionale.
Les sujets que nous avons vus à Brno rappelleraient beaucoup R. chamaeleontina par la taille, le port, la fragilité relative. Il est certain que la lecture des descriptions de Blum et de Singer s'appliquent à une forme plus robuste et plus ferme, mais elle ne semble pas spécifiquement distincte. En effet, la composition de l'épicutis piléique, même sur nos sujets grêles, avec les volumineuses hyphes primordiales, et les poils non clavés, suggèrent qu'il s'agit, non d'une Chamaeleontinae, mais d'une Amethystinae rouge; nous n'avons pas cependant constaté de strate pseudoparenchymatique dans la partie profonde de la cuticule piléique, et on peut donc en conclure que R. roseipes est intermédiaire entre les deux sections, ce qui confirme l'homogénéité de notre groupe des Incrustatae.
 
Description type:Non-original description 
Description:Russula roseipes Secr., ss. Bres.
1o Description d'après la littérature (sauf les spores et les revêtements)
Chapeau 4-8,5 cm, d'abord convexe, puis étalé et plus ou moins déprimé au centre ou à la conncave, à marge obtuse, d'abord unie, puis sillonnée-tuberculeuse, assez arrondie, rose clair ou d'un beau rouge, souvent avec des taches pâles ou totalement pâlissant par l'âge, également orangé ou jaune abricot; cuticule séparable sur le tiers ou la moitié du rayon, humide, puis sèche, souvent veloutée-granuleuse, pruineuse et scabriuscule au bord.
Stipe 3-6 x 0,8-1,5 cm, subégal, spongieux, puis creux, le plus souvent totalement ou par­tiellement teinté de rose, lisse.
Chair ferme au début, puis plus fragile, blanche ou légèrement teintée de jaunâtre, à peine colorée sous la cuticule; pas d'odeur; saveur douce.
Lamelles serrées, ventrues, larges de 3-8 mm, fourchues anastomosées, souvent assez épaisses, adnexées-émarginées, sublibres, blanchâtres, puis ochracées, enfin jaune ochracé orangé, avec parfois l'arête rouge.
Sporée jaune (plus claire que chez chamaeleontina d'après le matériel recueilli par E.-J. GILBERT, IVa ou b environ).
Spores 7,7-9,2-(10,5) x 6-7-(8,25) µm, obovales, verruqueuses crêtées ou courtement crêtées, zébrées à plurizébrées, à peine subréticulées par places, à verrues variant d'hémisphériques à coniques, mesurant jusqu'à 0,62 à 1 µm de haut, assez nombreuses, parfois incomplètement amy­loïdes, à crêtes assez épaisses, parfois droites et longues, quelquefois reliées, en général nettement amyloïdes; appendice hilifère 1,25-1,75 x 1,25-1,5 µm; tache supra-appendiculaire plus ou moins arrondie, large de 3-3,5 µm, nettement amyloïde.
Basides 30-50 x 9-12-(15) µm.
Cystides assez dispersées, en fuseau, 33-91 x 8-14 µm, obtuses, rarement pointues; arête
homomorphe.
Cuticule sans dermatocystides, à énormes hyphes primordiales de 5,5-8,5 µm, cylindracées, obtuses, à articles courts (par ex. 20-37 µm), à parois rigides et un peu épaissies (0,5-1 µm) dans NH3, incrustées parmi des poils plus grêles (3,5-4 µm), flexueux.
Le cortex du stipe ne nous a révélé sur les exsiccata aucun laticifère à contenu pailleté.

2o Description personnelle
Chapeau 4 cm, charnu-fragile, aplani, déprimé au milieu, à marge obtuse et un peu sillonnée, de fond pâle (crème à crème ochracé) avec du rouge rosé (R XIII, 5' b à d un peu plus sale, de coral red à coral pink) irrégulièrement réparti vers le bord et un peu vers le milieu, terne, assez mat.
Stipe 4 x 0,4-0,8 cm, peu ferme, épaissi au milieu et atténué inférieurement, distinctement teinté de rose (R XIII, 3' d, jasper pink), moelleux.
Chair molle, blanche, faiblement jauni dans la moelle. Odeur peu sensible, un peu fruitée, mais nullement de mirabelles comme chamaeleontina.
Lamelles moyennement serrées, peu inégales, ventrues, obtuses en avant, larges de 4,5 mm d'un jaune aussi vif que celles de chamaeleontina (vues de flanc R III, 17 f, pâle orange yello, avec reflets 15 d, orange buff, vues de face).
Sporée non obtenue.
(observés sur exsiccata)
Spores 9-10 x 6,7-7,2 µm, conforme à la description précédente. Basides 32-43 x (10)-11-14 µm. Cystides en cigare, 65-78 x 9-12 µm environ, souvent avec un appendice tout petit ou au moins Très grêle, à inclusions réfringentes vers le haut.
Cuticule ne comportant pas de couche d'aspect pseudoparenchymatique, émettant un épicutis de poils obtus, larges de 3-4-(5,) µm, mais souvent atténués en un col plus ou moins différencié, certains étranglés-subcapités, mais non clavés comme chez les Chamaeleontinae à cloisons rappro­chées, et à ramifications courtes, accompagnés d'hyphes primordiales volumineuses, très cloi­sonnées, larges de 4-7,5 µm, très obtuses à exsudat incolore.
Revêtement du stipe à hyphes primordiales obtuses, cylindriques, larges de 4,2-6 µm, incrustées. Quelques hyphes oléifères dans le cortex, mais nous n'y avons vu aucun contenu pailleté. Un examen sur le frais serait nécessaire pour déterminer si elles ne contiennent pas de gouttes noires en SBA.
Habitat: Dans les forêts de pins ou de sapins de l'étage subalpin, au-dessus de 1000 mètres en général, en Europe (Allemagne, Autriche, Tchécoslovaquie, Italie du Nord, peut-être Angleterre), au Caucase, en Sibérie, et peut-être aussi aux U. S. A.
 
Taxon name: