Search on : Taxa descriptions

 


   
Literature:
 
Page number:610 
Remarks (public):Cette variété, qui nous a montré l'ornementation sporale la plus basse et la plus verruqueuse de tout le groupe versicolor, se caractérise peut-être aussi par un chapeau plus foncé, toutpourpré, une saveur presque douce, une consistance peut-être un peu moins fragile. Mais il est impossible de l'assurer d'après une unique récolte. Comme nous l'avons fait observer ci-dessus, c'est à cette Russule que les dessins sporaux publiés par J. Schaeffer pour sa versicolor s'appliquent le mieux, il en est de même pour les termes de sa description microscopique.
Singer, qui interprète la planche de Cooke de R. puellaris var. intensior comme étant bien une forme très colorée de puellaris, a proposé pour notre Russule le nom de cristulispora, qui pourra être adopté si l'on partage cette opinion. Pourtant les sujets peints par Cooke montrent des lames plus jaunes que chez puellaris, et l'on sait que dans cette Iconographie, les lames des Russules paraissent reproduites avec assez d'exactitude.
Il n'est pas sûr du tout - c'est même probable - que l'intensior de Blum soit la même que la nôtre, puisqu'il la distingue, outre la spore, par la coloration plus rouge du chapeau, alors que unique récolte d'intensior est d'un violet bleu ou tout au plus pourpre; en outre la Russule de Blum ne lui paraît pas liée au bouleau. Voici sa description:
Espèce presque moyenne, jusqu'à 8 cm, parfois assez épaisse, quoique fragile. Chapeau étalé et un peu déprimé, autour du violet brun, du brun rouge, chocolat ou encore violet rouge et même pourpre, ou rouge de foie, pâlissant en vieillissant vers le jaune ochracé, un peu comme fellea, et ne présentant que bien rarement des tons vers le bistre ou le verdâtre, à cuticule mate. Stipe plus ou moins mince, clavulé, peu fragile, tendant à jaunir dans certaines circonstances autant que celui de puellaris. Chair se tachant assez vite de jaune, inodore, jamais nettement âcre. Lamelles serrées, crème clair, puis très vite franchement jaunes. Sporée à peu près comme chez versicolor (VI-IX). Spores surtout oblongues, avec un réseau très confus de crêtes assez basses, formées de verrues disposées en lignes peu longues, avec çà et là quelques lignes reliantes fines, mais sans qu'il s'agisse vraiment d'un réseau complet. (La même figure illustre la spore d'intensior et de laeticolor.) Cuticule avec dermatocystides peu volumineuses, épaisses de 6-8 µm. ? Ne parait pas liée aux bouleaux, et semble fréquente sous conifères.
En revanche, sa R. versicolor var. laeticolor, paraît identique à notre intensior dont elle ne
s'écarte que par la sporée plus colorée à la limite des jaunes.
 
Description type:Non-original description 
Description:Russula versicolor J. Schaef. var. intensior (Cke) Kühn.-Romagn.
Chapeau 5 cm, de consistance assez charnue, convexe, puis étalé et bassement déprimé au centre, à marge arrondie-obtuse, courtement cannelée-tuberculeuse, typiquement pourpre vineux, à peine décoloré en ocre brunâtre vers le centre; cuticule très séparable, visqueuse au centre par la pluie.
Stipe 4,5 x 0,8-0,9 mm, égal ou un peu épaissi-claviforme vers la base, plein, puis se creusant à la fin, blanc, puis distinctement jaunissant (moins que chez puellaris), devenant en particulier d'un jaune rouillé sur la crête des rides; surface finement ruguleuse.
Chair assez épaisse, pas trop fragile, puis devenant fragile-cassante dans la vieillesse, blanche, jaunissant surtout dans le stipe; odeur faible ou nulle; saveur douce selon nos observations (ou piquante dans les lames jeunes ?).
Lamelles assez serrées, puis pas très serrées, minces, à furcations rares, adnexées ou atténuées-libres, larges d'au plus 6,5 mm, pâles, puis crème ochracé clair.
Sporée ocre (III a, b).
Spores 6,7-7,5-(8,2) x 5,2-5,7 µm, obovales à elliptiques, verruculeuses, zébrées-subréticulées, mais parfois piquetées par places, à verrues hémisphériques, ne dépassant pas 0,37 µm, assez nombreuses, nettement amyloïdes, à connexifs et crêtes fines; appendice hilifère 1-1,25 x 0,87-1 µm; tache supra-appendiculaire plus ou moins arrondie, large de 3-3,25 µm, assez nettement amyloïde, touchant l'appendice.
Basides 35-40 x 8,2-8,5 µm. Cystides cylindracées-obtuses, en ogive ou appendiculées, 40-65 x 7,5-10 µm, à réaction peu intense en SV.
Épicutis comprenant d'étroites dermatocystides, cylindracées ou claviformes, larges de 4,5-6,5 µm, grisonnant faiblement en SV.
Habitat: Dans un bois feuillu riche en bouleaux, au Bois Bonnet, à Chamontel (S.-et-O.), le 7 octobre 1945. - Type: Herb. Romagnesi 7-X-45.
 
Taxon name: