Search on : Taxa descriptions

 


 
 Add this item to the list   Russula puellula Ebb.-MÀ¸ller-Schaef
   
Literature:
 
Page number:628 
Remarks (public):Cette Russule ressemble moins aux diverses autres Puellarinae qu'à emetica var. silvestris ou à lilacea. Cependant, il n'est guère possible, croyons-nous, de l'inclure dans les Piperinae, et elle est mieux en place parmi nos Tenellae. Mais elle pourrait tout aussi bien être placée dans Puellarinae, dont elle ne s'écarte que par la sporée plus claire et la chair beaucoup moins jaunissate. 
Description type:Non-original description 
Description:Russula puellula Ebb.-MÀ¸ller-Schaef
Chapeau (1,5)-2,5-6 cm, assez épais et assez ferme au début, mais fragile dans la vieillesse, d'abord subglobuleux ou convexe-hémisphérique, puis convexe et étalé, tantôt largement et basse­ment déprimé (ou même presque infundibuliforme), tantôt sans dépression bien nette, à marge au début rabattue en dessous, puis droite, obtuse, souvent irrégulière et asymétriquement lobée çà et là, unie, puis pouvant devenir plus ou moins cannelée par l'âge (mais courtement), d'un rouge assez vif, mais non cinabre pur ni franchement vermillon, nuancé plus ou moins sensible­ment de pourpré, de vineux (K 7/13, 37/62; R XIII, 3' i, j, Pompeian red ou plus coloré), sauvee plus sombre ou même presque noir au centre (K 29), les colorations étant d'ailleurs plus sombres et plus pourpres par temps sec et rappelant alors celles de melliolens, fréquemment avec çà et là des plages ou macules crème ou ochracées (le centre peut aussi se montrer décoloré), et les vieux sujets sont souvent bigarrés de rougeâtre, de rose sale sur fond crème; cuticule longuement sépa­rable à maturité (parfois presque jusqu'au milieu), humide visqueuse par la pluie, très finement chagrinée s.l., par temps sec seulement pouvant devenir assez mate et presque pruineuse.
Stipe 1,5-5 x 0,4-1,5 cm, d'abord assez ferme, puis devenant fragile, typiquement plutôt épaissi clavé à la base, plus rarement atténué, s'évasant à la fin sous les lames et parfois irrégulier, difforme, très creux, avec des zones corticales flasques ou fragiles et quelques masses charnues à l'intérieur, blanc, puis tendant à jaunir ou à brunir localement, surtout vers la base, et plus ou moins nettement; surface d'abord pruineuse et assez lisse, puis rugueuse-scabre ou assez densé­ment ridée.
Chair assez épaisse, ferme au début, puis pouvant devenir à la fin franchement fragile, blanche, tendant à jaunir plus ou moins par places par temps sec, mais grisonnant un peu par imbibitior. Odeur faible. Saveur douce, ou tout au plus un peu piquante au début dans les lames. Réaction instantanée et énergique à la teinture de Gaïac.
Lamelles d'abord serrées, puis s'espaçant assez fortement, plus ou moins minces, cassantes, ordinairement toutes égales, à furcations rares, surtout observables contre le stipe, arrondies libres, obtuses et ventrues, ou très ventrues à maturité, larges de 2,5-6 mm, blanc crème, puis crème pâle, à arête entière et concolore, en général plutôt faiblement ou finement interveinées.
Sporée crème pâle à crème, II b, ou vers II c.
Spores 6,5-8-(8,5) x 5,2-6,7 µm, obovales, assez arrondies, verruculeuses, piquetées à zébrées ou plurizébrées, connexées à cristulées-caténulées, à verrues obtuses à pointues, mesurant e général 0,45-0,65 µm, rarement jusqu'à 0,75 µm, un peu granuleuses, assez nombreuses, nettement amyloïdes, avec connexifs ou petites crêtes caténulées ou alignées, ne formant que rarementun réseau incomplet; appendice hilifère 1-1,37 x 0,7-1,25 µm; tache supra-appendiculaire 2,5-3 x 2-2,25 µm, plus ou moins arrondie, assez amyloïde.
Basides 25-40-(48) x 9-10-(12,5) µm.
Cystides 40-65 x (5,5)-8-10 µm, fusiformes, cylindracées ou claviformes, le plus souvent obtu,e" rarement à petit appendice au sommet, grisonnant en SV dans la partie supérieure.
Épicutis de poils enchevêtrés, un peu flexueux, généralement atténués de bas en haut, quoique obtus, larges de 1,5-1,7 µm dans la partie supérieure, accompagnés de nombreuses dermatocystides filamentiformes, rarement claviformes, étroites, le plus souvent multicloisonnées, larges de 3,5-6-(8) µm, acidorésistantes et à corpuscules noirs en SA, non incrustées.
Habitat: Surtout sous les hêtres, dans les hêtraies ou chênaies avec sous-étage de hêtres. Plus ou moins répandue selon les régions, commune dans les unes, rare dans les autres. Danemark, Allemagne, Belgique.
 
Taxon name: