Search on : Taxa descriptions

 


 
 Add this item to the list  Clitocybe festivoides sp. nov.
   
Literature:
 
Page number:136 
Remarks (public):Ce Clitocybe hygrophane peut être confondu avec C. festiva, avec lequel il partage des caractères qui frappent dès l'abord, comme la couleur assez soutenue du chapeau imbu, et le givre si remarquable dans certaines conditions,
Il en diffère:
par son port: il peut être Bien plus grand que C. festiva, et son chapeau est plus charnu;
par sa croissance, en touffes et en cercle de nombreux individus, alors que C. festiva se récolte en plus petit nombre;
par son habitat: il semble rechercher les stations fraîches et humides, alors que C. festiva pousse avec le Dryas dans des endroits plus ensoleillés;
par son odeur franchement désagréable tirant sur la mauvaise poissonnerie;
par son stipe d'aspect fibreux et plus coloré: celui de festiva est presque blanchâtre;
par ses spores un peu plus longues que celles de festiva, mais cette difference est difficile à apprécier sur une seule récolte, car les spores sont très variables chez l'une et l'autre de ces espèces.
Les differences principeles que nous faisons ressortir pourraient porter à croire qu'il ne s'agit que de deux ecotypes d'une même espèce, les dissemblances morphologiques pouvant s'inscrire dans des limites normales de variabilité pour ces carpophores soumis à des conditions climatiques si dures. Or, les confrontations entre haplontes de ces différentes souches, réalisées dans toutes les combinaisons possibles, font apparaître deux groupes interstériles (fait chacun de nombreuses souches parfaitement interfertiles); nous élevons donc au rang d'espèce l'une et l'autre de ces entités interstériles, le nom choisi festivoides évoquant bien les ressemblances de l'une avec l'autre que nous interprétons comme étant festiva.
 
Description type:Original description 
Description:Clitocybe festivoides sp. nov.
Illustr. D.L. I i, j, II c, d
Description. - Chapeau 11-51 (64 mm), d'abord convexe-obtus, puis plan-convexe, enfin plan-concave ou concave-étalé lorsque les bords se relèvent mais jamais ombiliqué. Aspect et couleur très variables avec l'âge et l'état d'hydratation: les exemplaires jeunes et frais sont tout recouverts d'un givre très subtil non micaçant qui, sous la loupe, apparaît dÀº à des microplages aérifères emprisonnées sous une couche superficielle tendue, très mince, de texture non résoluble même à la loupe; la couleur de la chair imbue: brunâtre-moyen avec une pointe d'incarnat: Mu. 5 YR 6/4, 5/4 transparaît surtout au disque; la marge longtemps enroulée reste blanchâtre par un tomentum aérifère; les exemplaires adultes n'ont le chapeau givré qu'à la marge; le disque glabre est uniformément brun moyen quand imbu: Mu. 5 YR 5/4 - 7.5 YR 5/4 - 8.5 YR 5/4, 6/4; mais après une forte pluie ou de la gelée, le givre disparaît et tous les carpophores, petits ou grands, sont uniformément brunâtres 5 YR 6/4 - 6.5 YR 5/4, 6/4 - 7.5 YR 5/6, 6/6. Déshydraté, tout le chapeau devient beige brunâtre sale très clair: 10 YR 8/2, 8.5/2, 8/4 - 1 Y 8/2 - 2.5 Y 8.5/2, parfois luisant, la plupart du temps mat et comme subtilement enfariné (sous la loupe); la déshydratation se fait par plages d'abord profondes qui gagnent ensuite la surface et confluent; un petit liseré imbu persiste longtemps à la marge.
Chair remarquablement épaisse au disque, imbue concolore brun moyen, beige brunâtre sale; persistance d'une ligne imbue au dos des lames lorsque la chair devient aérifère.
Stipe très variable 11-27 x 2-6 mm (42 x 9 mm) égal, subconcolore au chapeau par le cortex brunâtre: Mu. 8.5 YR 6/4 transparaissant sous un fibrillum soyeux blanchâtre apprimé, discontinu, fragile et qui disparaît au toucher ou avec l'âge; le cortex apparaît alors nu, fibreux et, sous la loupe non lisse mais finement cannelé longitudinalement.
Chair colorée dans la région corticale, 9 YR 7/3, 7/4 - 8.5 YR 6/5, 6/6, blanchâtre-aérifère au centre,
Lames assez serrées (3-4 systèmes de lamellules), peu ventrues, large-ment adnées, non typiquement décurrentes; de couleur sale gris-beigeasse, ou gris-jaunâtre sale: en masse: Mu. 10 YR 8/2, 8/3 - 1 Y 8.5/2; de face 1.5 Y 8.5/2 - 2.5 Y 9.25/4.
Odeur de l'extérieur: puissante très désagréable presque repoussante: de (mauvaise) poissonnerie, perceptible dès la récolte, inchangée à l'ouverture de la boîte, persistant encore Tors du séchage des échantillons d'herbier.
Saveur ne rappelant en rien l'odeur (dont il est toutefois difficile de faire abstraction), un peu herbacée, non farineuse.
Sporée non blanche, ocracée terne: Mu, 2.5 Y 8.5/2 - 1.5 Y 8.5/4.
Spores 5,5-7,5 x 3-4 µm, étroites, elliptiques obtuses presque cylindracées, uninucléées (Giemsa).
Basides tétrasporiques; arête fertile.
Revêtement piléique fait d'hyphes flexueuses x 4-5 p, emmêlées en tous sens, visibles sous le mince lads d'hyphes trés grêles x 2,5-3 p, de la couche aérifère. Chair piléique de texture lache: hyphes 6-7(10) µm emmêlées.
Cortex du stipe: hyphes x 2-3 µm. Chair: hyphes x 7-8 jusqu'à x 12-15 µm au centre.
Boucles présentes au pied des basides, et à toutes les cloisons des hyphes du carpophore.
Habitat et récoltes. - Cette espèce croît en troupe nombreuse, une centaine et souvent en touffes denses de 5-8 individus. Elle préfère les endroits frais et humides à Salix reticulata et S. retusa.
Vanoise: Cirque du Génépy: 2 300 m, sous Salix hastata et S. arbuscula, dans S. reticulata et S. retusa, 21-8-62 (L. 62-21); 24-8-62 (L. 62-29); 24-8-63 (L. 63-48); 8-9-70 (L. 70-72) type; dans les Dryas colonisant une terrasse alluviale, 8-9-68. Moraines du glacier de Rosolin, N, 2 300 m, 17-9-70 dans S. retusa (L. 70-97) et dans Dryas (L. 70-100),
Haute-Maurienne: environs de Bonneval-sur-Arc, sentier du Refuge des Evettes, N. 2 300 m, pelouse riche, humide, S, reticulata, 19-8-70 (L. 70-13). De très nombreux carpophores à toutes les récoltes.
 
Taxon name: